Partage d'expérience autour de l'allaitement

Échange avec Louise M. maman d'Ariane et créatrice du blog Akna. Bien-être et éveil familial, une mine d'or d'informations pour les jeunes et futurs parents.

Louise : Pourquoi est-il important de s’informer sur l’allaitement et de se préparer ?

Moi : L’allaitement maternel est un processus naturel et physiologique, tout comme l’accouchement.

Depuis le milieu des années 1900, la préparation à l’accouchement s’est progressivement installée comme une étape normale du parcours de la femme enceinte. Aujourd’hui, tout le monde s’accorde sur le fait que se préparer, comprendre comment son corps fonctionne permet d’être actrice de son accouchement.


De la même façon préparer son allaitement, comprendre comment la physiologie de la femme ayant accouché et celle de l’enfant agissent en symbiose pour répondre au besoin primaire du nouveau né, permet d’être actrice de son allaitement. Ce que j’entends par « être actrice », c’est être suffisamment en conscience de ce qui se passe pour vous et votre bébé lors de cette aventure et par là, être en mesure de solliciter les bonnes compétences / personnes aux moments opportuns de votre parcours d’allaitement.

Comment le faire ?

J’ai suivi un cours de 3h avec ma sage-femme et lu un petit fascicule décrit comme étant la bible de l’allaitement. Est-ce que c’est suffisant ? Dans le sens où j’ai, moi, eu des difficultés pour allaiter mais est-ce qu’une femme peut avoir toutes les connaissances et outils pour y arriver « facilement » en 3h ?

Chaque femme est différente, certaines ont besoin d’être très informées, d’autres préfèrent avoir une idée générale et laisser la place à leur propre expérience.

Il n’y a pas d’option meilleure que l’autre. Vous savez comment vous fonctionnez, allez vers la source d’information qui vous paraît la plus adaptée pour vous : vidéos, expériences de votre entourage, ateliers collectifs ou consultations individuelles…

Ce qui est pour moi, primordial c’est de savoir qui solliciter en cas de problème, pour avoir les informations adaptées à votre situation et surtout votre projet d’allaitement.

Selon mon expérience, la solitude des parents, la discordance des discours professionnels et de l’entourage associés aux bouleversements émotionnels inhérents à l’accueil d’un nouveau né sont le cocktail parfait pour perdre confiance et tout arrêter. Si vous avez préparé votre allaitement, vous aurez en période de tempête, les personnes ressources qu’il vous (ou votre entourage) suffira de contacter pour trouver le soutien nécessaire à la traverser.


Qu’est-ce qu’il est important de connaître ?

Je pensais, à tort avec du recul, que le plus important était de connaitre les bonnes positions pour allaiter. Aujourd’hui, je pense que les connaissances à avoir vont bien au-delà de ça.

Effectivement, quelque soit le domaine nous cherchons aujourd’hui des méthodes pour répondre à nos questions, un mode d’emploi … Avec l’allaitement (avec la parentalité en général) les méthodes ne sont pas toujours suffisantes, la position d’allaitement est finalement une des variables les moins importantes de la bonne mise en place de l’allaitement.

Ce qu’il est important de connaître, c’est la physiologie, beaucoup moins sexy que la positionnement c’est sûr… !

Comprendre comment votre corps fonctionne :

  • quelles actions mettre en place pour stimuler la lactation

  • l’impact du stress sur la production de lait

  • les compétences de votre bébé à la naissance

seront des informations beaucoup plus utiles à la bonne mise en place de votre allaitement.



Vers quel pro se tourner s’il y a une problématique ?


Et quelles sont les problématiques que l’on peut rencontrer ?


Personnellement, je me suis tournée vers ma sage-femme qui a été extraordinaire. Elle a su m’écouter et me donner des conseils qui me correspondaient. J’ai découvert le tire-allaitement grâce à elle, ce qui m’a permis de faire le deuil de mon allaitement au sein raté : je donnais malgré tout mon lait à ma fille, même si ça n’a duré « que » 3 semaines. Et surtout, quand je lui ai annoncé que je souhaitais arrêter, elle ne m’a pas du tout jugé et m’a aidé à le faire en douceur.


Trouver les professionnels qui seront en mesure de vous accompagner peut être un véritable obstacle lorsque vous rencontrez des difficultés au cours de votre allaitement.

Il me semble important de rappeler, que les professionnels de santé sont avant tout des humains, ayant leurs propres histoires, expériences, connaissances et limites. Le diplôme de santé ne garanti pas la compétence du professionnel à accompagner l’allaitement ou à prendre en considération votre projet d’allaitement. C’est pourquoi, il me paraît important d’échanger avant la naissance de votre bébé, avec les professionnels de santé qui vous accompagnent, sur votre projet d’allaitement. Cela vous permettra d’évaluer selon vos propres critères, s’ils seront en mesure de vous soutenir lors de votre parcours d’allaitement.


De manière générale, les consultantes en lactation certifiés IBCLC et/ou ayant un DU en lactation humaine sont les professionnelles de références ayant les informations les plus à jours concernant l’allaitement, notamment en cas de complications.

En cas « d’allaitement simple », les professionnels de santé tels que les sages-femmes, puéricultrices, auxiliaires de puériculture ainsi que d’autres professionnels tels que ostéopathe, chiropracteurs … peuvent être en mesure de vous accompagner en fonction de leurs expériences professionnelles individuelles et de leur intérêt pour le sujet. Demandez leur, le cas échéant ils vous orienteront normalement, en fonction de votre projet, vers le professionnel adapté. Comment démêler le vrai du faux, des conseils qu’on peut nous donner : à la maternité, par l’entourage voire même par des professionnel.le.s ? J’ai eu la chance d’être entourée de personnes bienveillantes et à l’écoute. J’étais finalement celle qui se mettait la pression seule. Mais j’ai pu discuter avec de nombreuses mamans qui, malheureusement, ont été confrontées à des conseils déplacés et qui pour certaines ont mis à mal leur allaitement. Comment savoir qu’un conseil est un mauvais conseil ? Comment apprendre à dire non ?


Écouter son intuition ! Le diplôme ne fait pas la qualité du professionnel, il valide un apport de connaissances théoriques.

Si vous ne vous sentez pas en confiance avec le professionnel qui vous accompagne, si vous ne vous sentez pas écoutés, entendus ou soutenu … Changez !

Plus vous êtes acteur de votre santé, plus vous savez ce qui important pour vous, votre bébé, votre famille et pourquoi, plus il sera facile de dire non ou de trouver les professionnels qui correspondront à vos attentes et de dire non à ceux qui ne correspondent pas. Les professionnels de santé sont aussi des humains avec leurs limites et leurs croyances …


Merci Louise pour ce partage d'expérience, Pour plus d'infos autour du bien-être familial : https://akna-mood.fr/

Vous y retrouverez cet article et plein d'autres pour répondre

à vos questions de parents ou futurs parents.



21 vues0 commentaire
CHARTE_GRAPHIQUE_DESPASAPARENTS-07.png